L'ONERA et la DGA

 

Onera


Premier acteur français de la R&T aéronautique, spatiale et de défense, l’Office national d'études et recherches aérospatiales regroupe 1 500 chercheurs, ingénieurs et techniciens. Il agit dans la plupart des disciplines scientifiques nécessaires aux progrès du secteur aérospatial.

 

L’ONERA a été créé en 1946 autour de six missions clés :

  • Orienter et conduire les recherches dans le domaine aérospatial.

  • Valoriser ces recherches pour l'industrie nationale et européenne.

  • Réaliser et mettre en œuvre les moyens d'expérimentation associés.

  • Fournir à l'industrie des prestations et des expertises de haut niveau.

  • Conduire des actions d'expertise au bénéfice de l'Etat.

  • Former des chercheurs et des ingénieurs.

 

                                           DGA

 

Premier investisseur pour les innovations de sécurité

L’apparition de nouvelles menaces implique de définir de nouvelles stratégies dans lesquelles l’innovation technologique joue un rôle majeur.
Acteur majeur de la recherche publique avec l’Agence nationale de la recherche, la DGA est aujourd’hui le premier investisseur pour la recherche sur les technologies de sécurité. La convergence et la complémentarité industrielle entre défense et sécurité facilitent les transferts de savoir faire. La DGA soutient les projets innovants, notamment ceux proposés par des PME.

 

Un architecte qui a fait ses preuves

Maître d’ouvrage des grands projets de défense, la délégation générale pour l’armement (DGA) spécifie, acquiert et qualifie les systèmes d’armes du ministère de la Défense. Expert en systèmes complexes et en maîtrise des risques, la DGA met au service de la sécurité son expérience et ses compétences d’analyse du besoin et d’approche capacitaire globale. La dualité des technologies civiles et militaires permet de développer les synergies pour réduire les coûts des projets tout en évitant de dupliquer les investissements.

 

Des experts, des moyens et des méthodes performants

La capacité d’expertise de la DGA, ce sont 2 700 cadres et techniciens, des centres d’évaluation et d’essais indépendants des industriels.
Cette capacité d’expertise de la DGA la conduit à intervenir au titre des plans Biotox ou Piratox, dans l’expertise des explosifs artisanaux utilisés par les terroristes, dans l’évaluation de la résistance des infrastructures des centrales nucléaires à des accidents… Le domaine de la sécurité s’internationalise, les coopérations technologiques également.
Ainsi, la DGA participe aux travaux de l’Union européenne dans les technologies de sécurité.