L’ingénieur en mécatronique développe des systèmes en combinant dès la conception les différentes disciplines que sont la mécanique, l’électronique, l’informatique et l’automatique. Il intervient tout au long du cycle de vie des produits industriels : recherche et développement, avant-projet, développement, industrialisation, exploitation.

La mécatronique est présente dans tous les grands secteurs de l’industrie : transports, biens de consommation, biens d’équipement… Les robots, les véhicules autonomes, des composants tels que des suspensions actives sont des exemples de résultats d’une démarche mécatronique. L’ingénieur en mécatronique peut donc trouver sa place dans un nombre important de secteurs d’activité.

L’INSA Strasbourg a été le premier établissement français à diplômer des étudiants en mécatronique, dès 1994.

formation

L’objectif est de former des ingénieurs capables de proposer des solutions innovantes, d’animer une équipe pluridisciplinaire et d’intervenir à tous les niveaux d’un système de production intégré. Il peut analyser les problèmes dans les différents domaines, proposer une architecture complète des systèmes développés et réaliser les prototypes associés.

L’ingénieur en mécatronique possède une solide formation de base en mécanique et en génie électrique afin d’avoir les compétences scientifiques et technologiques requises, ainsi qu’en langues étrangères et en management.

Durant leur formation, les étudiants de la spécialité mécatronique sont associés aux étudiants en génie mécanique pour les cours de mécanique, de construction et de fabrication de produits mécaniques. Ils sont aussi associés aux étudiants en génie électrique dans les enseignements d’électronique numérique et analogique, d’automatique, de traitement du signal et d’électrotechnique.

Ils ont par ailleurs des enseignements spécifiques en robotique, modélisation et conception de systèmes mécatroniques, informatique industrielle et bien sûr projet de mécatronique.

Projets

Dès la 2e année, les étudiants abordent la conception mécatronique avec le développement de robots mobiles simples. Mécanique, électronique et programmation sont alors combinés pour produire des prototypes. De la 3e année à la 5e année, ils réalisent des développements plus complexes, en travaillant en groupe. Les dispositifs développés peuvent par exemple être des drones, des gyropodes ou des véhicules électriques avec assistance à la conduite.

Projet drone

Le projet drone est un exemple de projet interdisciplinaire. Depuis 2002 le projet fait collaborer les spécialités mécatronique, génie électrique et en fonction des besoins les étudiants en génie mécanique ou topographie par exemple.

Plus d’informations sur le projet drone sur le blog mécatronique-rubrique drone et le blog génie électrique de l’INSA Strasbourg.

Moyens pédagogiques

La plateforme mécanique met à la disposition des étudiants du matériel industriel performant pour traiter de la conception de systèmes mécatroniques avancés. L’accès est ainsi possible à des logiciels spécialisés de conception mécanique, conception électronique, simulation numérique. Des moyens de production sont accessibles pour produire par usinage ou fabrication additive des composants mécaniques, et par gravure des circuits électroniques. Des cellules robotiques industrielles, y compris collaboratives, sont accessibles pour découvrir et tester la programmation robotique.

Les élèves exploitent également les ressources offertes par la plateforme génie électrique et le centre de ressources en science des matériaux.

Formation par apprentissage

La spécialité est accessible par la voie de l’alternance.

 

Stages et Projets de fin d’étude

  • En fin de 1ère année : un stage obligatoire de découverte de l’entreprise (4 semaines minimum)
  • En fin de 3e année : un stage obligatoire d’application en entreprise (4 semaines minimum)
  • En fin de 4e année : un stage obligatoire technicien en entreprise (8 semaines minimum)
  • Pendant le 9e semestre : un projet de recherche technologique (PRT)
  • En 5e année, le projet de fin d’études est une étude approfondie apportant une contribution originale au développement des techniques dans les domaines liés à la mécatronique

Recherche

Au cours de la dernière année du cursus d’ingénieur, les étudiants peuvent s’initier à la recherche en préparant simultanément un master recherche (master IRIV : Image robotique, ingénierie pour le vivant). Ils ont la possibilité d’effectuer leur stage dans différents laboratoires, en particulier ICube, dans l’équipe Automatique-vision-robotique, autour des thématiques de robotique médicale.

International

L’apprentissage de l’anglais, langue de communication internationale, est obligatoire pendant 9 semestres.

Tous les étudiants effectuent un séjour à l’étran­ger de 3 mois minimum durant leur cursus, sous la forme d’un stage en entreprise ou d’un semestre de formation.

Des doubles diplômes existent avec l’Allemagne et les États-Unis et des possibilités de master au Royaume-Uni et en Suisse.

Voir la liste des partenariats internationaux de la spécialité.

débouchés

Les étudiants trouvent des débouchés dans les secteurs du transport (aéronautique, automobile, ferroviaire), de la robotique, de l’énergie, du médical, de la domotique… Les missions peuvent être exercées en recherche et développement, responsabilité de projets, études, services, automatisation.

Contacts

Pierre Renaud responsable de la spécialité mécatronique

03 88 14 48 51

Odile Wolff, secrétaire du département mécanique 

03 88 14 47 06