La formation

La culture du projet

L’enseignement de l’architecture à  l’INSA Strasbourg est centré sur la pratique du projet pour lequel les enseignements théoriques apportent méthodes et connaissances.

La culture technique

Elle s’appuie sur le bagage des connaissances scientifiques et techniques des étudiants accédant en première année d’architecture, au cœur d’un établissement à caractère polytechnique.

L’enseignement dense

Le volume de cours hebdomadaire permet l’acquisition de compétences et de connaissances approfondies au cours des cinq années d’études en architecture. Le mode d’enseignement favorise en outre le travail de groupe et génère échanges, débats et interactions entre les étudiants.

La transdisciplinarité

L’existence d’une école d’architecture au sein d’un établissement à caractère polytechnique permet la mise en place de passerelles pédagogiques de plus en plus nombreuses et opérationnelles entre les différents départements.

La cohérence d’une équipe pédagogique

L’encadrement pédagogique est assuré par des universitaires et des professionnels.

 

objectifs

La première année est l’année de l’initiation. Elle est consacrée à l’acquisition des bases d’une culture combinée : architecture, sciences et technique. La pratique du projet se fait à petite échelle, à site non contraint et à programme individuel. C’est l’année de l’apprentissage et de la découverte méthodique. L’espace architectural, sensible, qualifié, représenté, construit, utilisé, approprié, est au centre de l’enseignement. Les compétences recherchées sont l’acquisition d’une culture architecturale et d’ingénierie avec des connaissances croisées, et les pratiques de l’intuition en projet.

La seconde année est l’année de la conceptualisation. Elle est consacrée à l’acquisition des outils et des processus de conceptualisation. La pratique du projet se fait à moyenne échelle, avec des sites et des programmes faisant apparaître la dimension collective (culturelle, physique et sociale). C’est l’année de l’approfondissement de l’articulation entre les savoir-faire de quatre principales opérations de conception : distribution, composition, enveloppe, structure. La seconde année est l’année d’apprentissage de la lecture d’un langage et d’un site, d’expérimentations à la fois techniques et architecturales, et d’apprentissage de la pensée itérative. Les compétences recherchées sont l’analyse, la méthodologie propre, le passage de l’intuition à l’intention, et la hiérarchisation des contraintes et des volontés.

La troisième année est l’année de la contextualisation. Elle est consacrée à l’intégration dans un projet complexe et à échelles multiples, des différentes problématiques d’une situation (spatiale, sociale, historique, environnementale, etc). L’année est caractérisée par une forte interdisciplinarité. Le travail à différentes échelles et l’exploration des territoires urbains et paysagers orientent la conception architecturale. Le projet doit être à l’écoute. Il vaut ensuite pour être partagé et débattu. Cette troisième année met l’accent sur les enjeux de représentation et d’argumentation grâce à un contact fort avec des partenaires extérieurs. Les compétences recherchées sont la synthèse des connaissances et la construction d’une pensée complexe et articulée.

La quatrième année est l’année de la complexité. Elle est consacrée au développement des acquis et des outils par la pratique du projet architectural à grande échelle. C’est une année du projet avec site et programme complexes (musée, hôpital, immeuble à grande hauteur, restructuration en site patrimonial, contexte urbain compliqué, réglementaire, pente, etc.). Cette disposition particulière génère des rapports au paysage inhabituels, des ruptures d’échelles et de parcours, des inversions de rapports. La complexité devient outil de conception et est réinterprétée en termes de forme et d’espace. L’approche s’articule autour de « l’Homme capable ». Le concepteur œuvre à transformer la complexité en simplexité : l’agir demande intégration d’une variété, d’une synergie et non d’une dispersion. C’est l’année de l’expérimentation architecturale et du maniement de concepts. Les compétences sont la transversalité, la mise en œuvre de la trans/inter/multi disciplinarité à toutes les échelles.

La cinquième année est l’année de l’expérimentation. C’est l’année de la synthèse de toutes les compétences acquises. Elle est orientée autour du projet de fin d’études où sont convoquées les compétences de programmation, d’analyse des contextes, de conception et conceptualisation, de savoir-faire constructif et de représentation. C’est également l’apprentissage de la durée et du processus itératif de requestionnement lié à la maturation du projet. Il est demandé à l’étudiant de maîtriser toutes les composantes du projet : être capable d’énoncer une problématique, de comprendre et d’analyser les contextes, d’identifier des besoins au travers de l’élaboration critique d’un programme, et de formaliser des réponses spatialisées en cohérence avec sa propre méthodologie de conception et de représentation.

Stages et Projets de fin d’études

Plusieurs stages obligatoires ponctuent la formation. En fin de première année, le stage dit « ouvrier » sur chantier a lieu au sein d’une entreprise de bâtiment. Pour les années suivantes, il s’agit de stages en agences d’architecture ou d’urbanisme, en bureau d’études. La durée totale des stages est de 24 semaines minimum.

L’élaboration du projet de fin d’études aboutit à une session plénière de présentation des travaux. 80 personnes constituent le jury dont deux tiers sont des professionnels extérieurs à l’école. Le temps du diplôme proprement dit est un moment fort de l’école qui implique l’ensemble des étudiants de l’école d’architecture de l’INSA Strasbourg au cours des « charrettes », un dispositif unique de co-formation, fondateur de l’esprit des architectes INSA Strasbourg.

Plus d’informations sur les projets de fin d’études en architecture.

Recherche

Le cursus en architecture inclut l’initiation à la recherche avec l’écriture d’un mémoire de recherche. Les étudiants peuvent intégrer un master de type professionnel ou de recherche, puis un doctorat d’architecture. L’INSA Strasbourg délivre le master Urbanisme et aménagement.

La recherche est menée dans le cadre d’une équipe de recherche commune avec l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg : le laboratoire Amup (architecture, morphogenèse urbaine et projet).

International

Les étudiants ont l’obligation d’effectuer un séjour d’au moins trois mois à l’étranger pendant leur cursus. Ce séjour peut se faire par le biais de stages et/ou d’échanges académiques, vers l’Union européenne (programme Erasmus) ou vers le continent américain (programme Brafitec ou Crepuq).

Voir la liste des partenariats internationaux de la spécialité.

L’apprentissage de l’anglais avec un score minimal à atteindre au test de certification (TOEIC) est obligatoire.

Un diplôme d’architecte sur le modèle de l’INSA Strasbourg a été mis en place à l’Université française d’Égypte (UFE) au Caire. Une convention de coopération lie les deux établissements.

Plus d’informations sur la coopération avec l’UFE au Caire.

Une école d’été internationale est organisée depuis 2013 à l’attention d’étudiants en architecture. Elle offre aux étudiants la possibilité de se lancer dans la construction, l’installation d’objets et la réalisation de films en lien avec la thématique du Rhin. Elle est co- organisée par l’INSA Strasbourg, l’ENSA Strasbourg, ArtEZ de Arnhem (Pays-Bas) et la Hochschule de Konstanz (Allemagne). Le blog architecture de l’INSA Strasbourg présente ses différentes éditions.

Débouchés

Le diplôme d’architecte INSA Strasbourg est reconnu et apprécié par les professionnels. Il permet toutes les formes de pratiques libérales ou salariées des secteurs publics et privés.

Il ouvre à tous les métiers de l’architecture : architecte chef d’entreprise (sous condition de l’obtention de la HMONP), salarié en agence d’architecture, urbaniste, paysagiste, maîtrise d’œuvre d’exécution, prestataire de service (perspectiviste, maquettiste physique ou virtuelle), assistant à la maîtrise d’ouvrage, programmiste, collectifs d’architectes, architecte d’intérieur, enseignant, conseil, etc.

Les étudiants diplômés ont la possibilité de se former à l’habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP), à l’INSA Strasbourg. Cette habilitation est requise pour s’installer à son compte.

Les prix d’architecture

L’académie d’architecture décerne tous les ans des prix aux meilleurs projets de fins d’études ou jeunes architectes.

Les architectes de l’INSA Strasbourg sont régulièrement nommés ou lauréats.

Plus d’informations sur le blog architecture de l’INSA Strasbourg.